Prévisionnel pour business plan

Auto-entrepreneur : opportunité ou piège ? Attention au marketing juridique des pouvoirs publics.

Le 17/01/11

De prime abord, le statut d’auto-entrepreneur a de quoi séduire : une inscription en quelques clics, l’exonération de TVA, la certitude de connaître ses charges sociales à l’avance, bref, la simplicité ! Mais à y regarder de plus près, la réalité est très différente. Tout d’abord les charges et l’impôt sont basés non pas sur les bénéfices, sur les gains, mais sur le chiffre d’affaires ! Cela peut s’avérer très dangereux, notamment quand l’activité dans sa phase de démarrage ne génère pas de bénéfices.

En effet, dans sa phase de démarrage, et même s’il s’agit d’une TPE, il n’est pas évident de gagner de l’argent, or d’emblée, les cotisations sociales sont assises sur le chiffre d’affaires ! Or la règle d’or dans tout nouveau business, c’est précisément de ne pas confondre chiffre d’affaires et bénéfices ! Même remarque pour ce qui concerne la taxation des bénéfices à l’impôt sur le revenu : dans le cas de l’auto-entrepreneur, la taxation est établi sur la base d’un pourcentage du chiffre d’affaires, or force est de constater qu’il est rare pour les entreprises de parvenir à réaliser des bénéfices dès leur premier exercice !

Autre danger : le statut d’auto-entrepreneur n’est pas exempt de risque fiscal, car même si la taxation est forfaitaire, rien n’empêche l’administration fiscale de venir contrôler afin de requalifier et éventuellement de redresser ce « mini chef d’entreprise » qu’est l’auto-entrepreneur. Elle pourra le faire dans différents domaines : TVA, impôt sur le revenu et nouveaux équivalent de la taxe professionnelle (CFE, CVAE). Donc en bref, il faut bien retenir que le statut d’auto-entrepreneur est tout sauf un blanc-seing fiscal !

En dernier lieu, il faut retenir les faiblesse ou l’inexistence de la protection sociale liée à ce statut : de nombreux auto-entrepreneurs ont découvert avec stupéfaction qu’ils ne cotisaient pas suffisamment pour prétendre à une correcte protection sociale, à la fois sur le plan de la maladie, comme sur celui de la vieillesse : sur ce dernier plan, un cotisant peut se voir amputer de trimestres de cotisations retraite s’il ne cotise pas suffisamment.

En synthèse, oui au statut d’auto-entrepreneur librement consenti, compris, et cela dans toutes ses implications. A notre avis, ce statut s’accommode très mal aux projets un peu plus consistants. Il doit être réservé aux « micro-activités » et ce, à condition d’avoir par ailleurs un statut social et fiscal consistant. La communication des pouvoirs publics en la matière est insuffisante, et de nombreux auto-entrepreneurs vont devoir dorénavant changer leur statut. La vertu principale de ce statut d’auto-entrepreneur aura été de leur mettre le pied à l’étrier !

     

Les autres news

Inflation et immobilier : le temps c’est de l’argent Le 3/04/16

L’inflation peut s’avérer être le meilleur allié de l’investisseur immobilier dans le temps. En effet, et même si nos économies occidentales n’ont pas beaucoup d’inflation (2 à 3 % en moyenne selon les décennies), en matière immobilière ces petits taux créent un effet de levier très important dans le temps. Tout est question de mathématique [...]

Capitaux risqueurs, comment apprécier la valorisation d’une startup ? Le 29/03/16

Quand une startup démarre et que par définition, rien ne peut indiquer sa valeur passée en raison de l’absence de bilans, l’investisseur ou le capital risqueur va devoir prendre la décision d’entrer dans le capital en fonction d’une valorisation d’entreprise qui dépendra exclusivement du prévisionnel. En fait, comment valoriser une société qui n’a pas d’histoire [...]

Comment convaincre son banquier ? Le 9/02/16

Convaincre son banquier nécessite avant tout d’avoir une démarche personnelle vis à vis de son propre projet : vous devez être convaincu du bien fondé de votre projet, mais cela ne suffit pas tout à fait. Il faudra des chiffres pertinents qui soient correctement intégrés à un argumentaire qualitatif de haut niveau. Plusieurs éléments sont [...]

A quoi sert la SCI ? Le 2/02/16

La Société Civile Immobilière désigne une catégorie juridique particulière de sociétés dont les activités relèvent du domaine immobilier. La question qui se pose est pourquoi faire une SCI alors qu’il est parfaitement possible de s’associer en indivision entre particuliers ? Il existe des raisons juridiques, patrimoniales, et fiscales en faveur de la SCI. La première [...]

Seuil de rentabilité : définition et utilité Le 17/01/16

Le seuil de rentabilité désigne un chiffre d’affaires minimum pour atteindre un résultat à zéro. La subtilité est de décomposer les charges qui viennent en contrepartie de ce chiffre d’affaires entre charges variables et charges fixes. Question de sémantique ? Et bien en réalité, cette distinction est utile sur le plan de l’analyse de son [...]

Négoce de véhicules d’occasion : que faut il savoir ? Le 12/07/15

L’activité de négoce de véhicules d’occasion est très spécifique à plusieurs points de vue. Afin de faire face aux fraudes liées aux véhicules volés, les négociants en VO doivent tenir un livre de police faisant apparaître chronologiquement, les entrées sorties de véhicules ainsi que leurs principales caractéristiques. Les négociant doivent par ailleurs acquitter la TVA [...]

Choix du régime fiscal d’une SCI : IS ou IR ? Le 21/03/14

De nombreux conservatismes prévalent encore trop en la matière pour ce qui concerne l’option IS. Ces conservatismes viennent d’une époque révolue dans laquelle le taux d’impôt sur les société se montait à 50 %, d’une époque dans laquelle la CSG CRDS n’existait pas et dans laquelle l’impôt sur le revenu n’était pas aussi lourd ! [...]

Le budget de trésorerie prévisionnel : le cash c’est le nerf de la guerre Le 18/03/14

L’approche de la trésorerie prévisionnelle d’une entreprise est paradoxalement l’un des aspects les plus importants pour l’appréciation que feront les tiers (banquiers, capitaux risqueurs) d’un projet. En effet, la trésorerie est la résultante de différentes composantes qu’il convient d’apprécier avec soin. Voici les principaux facteurs composant la trésorerie : La capacité d’autofinancement nette de l’entreprise [...]

Plus de rapport de gestion pour les EURL et les SASU de petite taille Le 1/03/11

Petit à petit les obligations comptables de certaines sociétés sont allégées. Ainsi, les SARL et les SAS dont l’associé unique assume la gérance, et qui ne dépassent pas deux des trois seuils fixés par décret, n’ont plus l’obligation d’établir un rapport de gestion. Les seuils sont les suivants : -total du bilan : 1 000 [...]

Les SCOPS : sociétés coopératives ouvrières de production Le 1/03/11

De plus en plus de scops voient le jour, mais savez-vous vraiment de quoi il s’agit ? Voici les caractéristiques principales de ces sociétés coopératives. Les scops se caractérisent par le fait que les salariés sont parties prenantes dans la société : ce sont les associés majoritaires de l’entreprise qui désignent ses dirigeants et qui [...]

Une question ?
Contactez-nous

Par téléphone, nous répondons à toute question immédiatement du lundi au vendredi de 8h à 19h

04 74 57 67 46

Vos questions par email

previsionnel pour business plan, auto-entrepreneur

Quels que soient vos projets, avec un prévisionnel fiable et sur-mesure, personnalisé à votre activité…
Toutes les portes s’ouvrent !

valorisation d entreprise, cession entreprise

Quelle est la valeur de votre
entreprise aujourd’hui ?
Pour vendre, transmettre, fusionner,
ou simplement savoir…

véhicule professionnel & simulation automobile

Faire le bon choix pour réaliser des économies ! Comparez tous les paramètres pour votre véhicule professionnel : financements…